Publié le

Alimenter un bébé « au doigt »: pas nécessairement une bonne idée…

Trop souvent, malheureusement, les mères qui ont de la difficulté à allaiter ou qui doivent donner des compléments au bébé ressortent de l’hôpital avec un tube French no.5 (tube de gavage) et une seringue de 10-20 ml en donnant du lait au bébé avec le doigt.

Loin d’être une méthode idéale pour donner des compléments ou nourrir bébé, l’alimentation au doigt a tendance à induire des refus du sein et une confusion sein/doigt pour la raison que le stimulus est très puissant dans la bouche du bébé. L’encodage de l’alimentation et du sentiment de satiété se fait donc avec un doigt dur au palais et dans la bouche au lieu du mamelon tendre, plus souple et moins défini. C’est vraiment très différent du sein. Comment s’y retrouver et pour quelle raison utiliser l’alimentation au doigt…et pourquoi devrions-nous l’éviter ?

fingerfeeding bébé nourri au doigt
Dans cette photo, idéalement la mère serait prête à allaiter, le chemisier déboutonné, pour mettre son bébé au sein après l’avoir stimulé un peu avec l’alimentation au doigt. Notez qu’il faut toujours utiliser le plus gros doigt (majeur, index, le pouce étant le mieux mais moins facile…) et PAS le plus petit! Il faut le tenir bien à plat sur la langue du bébé.

L’alimentation au doigt peut être utile pour stimuler un bébé très somnolent lors des tétées, qui a une faible succion, pour le réveiller et l’encourager à boire, mais après 2-3 minutes d’encouragement en ce sens, on met le bébé directement au sein pour continuer la tétée, quitte à utiliser le tube, mais directement sur le sein.

Avec l’alimentation au doigt, il faut toujours se méfier, surtout si un professionnel de la santé vous encourage à l’utiliser pour remplacer toute une tétée ou pour donner des compléments, soi-disant pour éviter de donner un biberon… Le doigt ne vaut pas bien mieux que le biberon et peut induire des problèmes, tels que le refus du sein. D’autres alternatives existent pour donner des compléments au bébé.

Si le bébé accepte le sein et qu’on doit donner des compléments, alors il faut le faire au sein avec un dispositif d’aide à l’allaitement.

DAA bébé qui boit avec un dispositif d'aide à l'allaitement
Ici, on peut voir un bébé qui boit avec un dispositif d’aide à l’allaitement.

Si le bébé refuse le sein, on pourrait lui donner du lait ou un complément avec un gobelet, un compte-gouttes, une seringue (à condition de bien utiliser ces méthodes alternatives).

En tout temps, consultez une consultante en lactation IBCLC pour recevoir de judicieux conseils et éviter une confusion de succion chez votre bébé.

Isabelle Cloutier IBCLC, consultante en lactation diplômée

Courriel: isabelle.cloutier.ibclc@gmail.com   Site internet: www.isabellecloutier.com

Cet article peut être reproduit en totalité, sans être coupé, en citant la source. Il ne peut PAS être utilisé dans aucun contexte où il y a violation du Code de commercialisation des substituts du lait maternel de l’OMS.

Publié le

La frénotomie : le rôle capital de la langue lors de la tétée

Ici, un bébé qui semble avoir la langue attachée, même si la langue monte un peu vers le palais lorsqu’il pleure, mais plus un type postérieur (donc peut-être un stade 3 ou 4 – il y a 4 stades d’ankyloglossie, le stade 1 le frein est alors placé au bout de la langue). Il est clair qu’un examen complet sera nécessaire pour bien l’évaluer de toute manière.

Par Isabelle Cloutier IBCLC, mise à jour janvier 2021 / Généralement, les mères entendent cela… : « Ah,  tout est beau, il tète bien!  » mentionne le professionnel de la santé en regardant la bouche du bébé et l’aspect de sa langue. Erreur. Erreur capitale… Détecter une langue attachée ou un frein de langue restrictif (qu’on appelle officiellement « ankyloglossie ») ne se fait pas seulement de visu. Non. On doit aussi faire un examen tactile, avec le doigt dans la bouche du bébé afin de bien évaluer sa succion, les mouvements de sa langue, sa mobilité, ses entraves, etc. Le résultat peu souhaité d’un simple examen visuel est que la mère aura ou continuera d’avoir mal, l’allaitement étant peu efficace ou carrément inefficace… (parmi les autres effets possibles, notons également un bébé qui claque pendant la tétée, qui échappe le sein facilement, parfois production lactée à la baisse (et gain de poids lent chez l’enfant). Comme le corps de la mère est intelligent, si le bébé n’arrive pas à téter activement, certaines vont développer un réflexe d’éjection fort…et puisque le bébé a du mal à se coordonner pour bien avaler, il s’étouffe plus souvent que son petit voisin. Mais détrompez-vous, la production de lait n’est pas nécessairement abondante! Le sevrage risque souvent d’être précoce… Sans parler du bébé qui a des effets collatéraux liés à la présence de freins restrictifs (reflux, aérophagie, gaz, problèmes digestifs et de sommeil, tous associés…voir l’ouvrage du Dr Richard Baxter sur les freins de langue). Dommage que la mère ne soit pas aidée de manière précoce, n’est-ce pas?

Dans cette photo, on voit que la langue semble être attachée au fond du plancher de la bouche. L’évaluation sera nécessaire bien évidemment, mais il est fort probable que ce bébé ait la langue attachée. À voir la langue aussi basse, comment espérer qu’elle compresse correctement l’aréole au palais, avec la bouche ouverte, pour exprimer le lait…?

La frénotomie (ou frénectomie) est une procédure simple qui consiste à sectionner le frein de la langue antérieur et la partie postérieure (parfois le frein de la lèvre supérieure ne s’étire pas assez non plus, et il peut y avoir des freins à l’intérieur des joues, attachés sur la gencive supérieure) à l’aide d’un petit ciseau chirurgical ou d’un laser. L’intervention prend de 15 à 45 secondes. Elle peut être pratiquée par un médecin, un pédiatre, un chirurgien-dentiste ou un O.R.L. Toutefois, beaucoup de ces professionnels de santé ne sont pas chauds à en faire pour la simple raison qu’ils manquent de formation et d’information à ce niveau (pour les chirurgiens-dentistes, ils sont habitués de pratiquer des frénectomies, mais souvent chez des enfants plus âgés ou des adultes, ils ne savent pas que les nourrissons ont aussi besoin de ces interventions)

On dit du frein de la langue que c’est un endroit peu sensible, car tissus peu innervés, donc beaucoup de professionnels font la frénotomie sans anesthésie locale mais avec un protocole de paracétamol et de glucose ou tétée juste avant l’intervention (l’anesthésie locale avec un gel type lidocaïne comporte un désavantage: bébé ne peut pas être allaité après l’intervention pour être consolé car il y peut y avoir des risques d’étouffement, et il sens moins sa langue). Les recherches sur l’analgésie apportée par un liquide sucré et le contact peau à peau, tel que l’allaitement maternel, encouragent donc les mères à allaiter quelques minutes avant l’intervention, et après, ce qui pourra limiter l’inconfort.

ankyloglossie - frein lèvre
Dans cette photo, il s’agit de la lèvre supérieure qui est entravée par un frein court et implanté bas dans la gencive. Ceci empêche probablement le bébé de bien retrousser sa lèvre au sein et ainsi former un bon sceau d’étanchéité. La frénotomie permettra de libérer la lèvre et qu’elle puisse ainsi jouer son rôle lors de la tétée. Il faudra aussi vérifier la présence d’autres freins

Si vous avez des douleurs pendant l’allaitement ou si votre bébé est continuellement au sein sans boire efficacement et sans être repu après la tétée, faites vérifier sa bouche et l’allaitement par une consultante en lactation IBCLC bien informée sur la question des freins restrictifs. Certaines mères peuvent penser que leur situation est « normale », qu’elles ont un bébé « à besoins intenses », qu’elles doivent materner intensivement et allaiter continuellement.. mais ceci peut bien souvent cacher un contexte de freins restrictifs! N’attendez pas que les « choses s’arrangent »… Consultez. Il est aussi recommandé de consulter un thérapeute manuel pour relâcher les tensions chez le bébé, et permettre à sa langue de bouger de manière plus efficace (ostéopathe, chiropraticien, etc.) Obtenez un 2e ou un 3e avis s’il le faut pour la question des freins restrictifs. L’ankyloglossie n’est parfois pas détectée à la naissance, mais pourrait l’être par la suite. Et… personne n’est parfait. Une erreur est possible.

Isabelle Cloutier IBCLC, consultante en lactation diplômée

Spécialisée dans le dépistage des freins restrictifs, accompagnement personnalisé et travail en équipe pluridisciplinaire. J’offre également un atelier sur les freins restrictifs de 3 heures destiné aux professionnels de santé afin d’augmenter le niveau de connaissance sur ce sujet crucial pour la santé optimale des enfants de tous âges..

Article révisé en janvier 2021. Cet article peut être reproduit en totalité, sans être coupé, en citant la source. Il ne peut PAS être utilisé dans aucun contexte où il y a violation du Code de commercialisation des substituts du lait maternel de l’OMS

NOTE: pour bien évaluer le frein de langue et la succion des bébés, l’outil d’évaluation Hazelbaker est couramment utilisé. Cliquez ici pour le visualiser.

#frenotomie #frenectomie #freins #allaitement #ibclc #osteopathe #chiropraticien

Publié le

Bienvenue sur mon blogue!

Bonjour à tous!

Je suis très heureuse de vous présenter mon site internet officiel! Visitez le souvent, il y aura beaucoup de mise à jour. Aussi, je vous invite à venir me faire une demande d’amitié sur Facebook en recherchant « Isabelle Cloutier IBCLC ». Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter: #icloutieribclc. Au plaisir!