Publié par

Allaitement et travail: du projet à la réalité

Par Isabelle Cloutier IBCLC, consultante en lactation. Pour un rendez-vous ( à domicile ou à distance) isabelle.cloutier.ibclc@gmail.com +33 06.42.03.00.62

Ça y est, vous allaitez et arrive ce moment fatidique du retour au travail ou l’entrée à la garderie de votre bébé. Le projet « enfant » a été bien planifié, mais les deux pieds dedans, cela change la donne… Peut-être que vous vous remettez en question pour ce retour au travail… Prendre un congé prolongé? Pire, vous êtes vraiment déprimée, il faut envisager changer de cap, si c’est possible. (Certaines conventions collectives prévoient des congés d’allaitement, congés parentaux d’éducation, congés sans solde etc. Informez-vous.)

Dans ma pratique en France, comme le congé est d’une durée ridiculement courte (3 mois…), je rencontre beaucoup de mères qui frôlent la dépression postnatale par déracinement et déchirement. Quelle incongruité d’avoir porté un enfant, pour ensuite le donner à des étrangers lorsqu’il a à peine 3 mois… La bonne nouvelle, c’est que la mère qui allaite peut encore offrir avec fierté quelque chose d’unique et de spécial à son enfant: son extraordinaire et irremplaçable lait…!

Un lait unique toujours adapté et qui le protège de nombreuses maladies.

Le lait maternel ne devient de « l’eau blanche » au fur et à mesure que votre bébé grandit. Il restera un aliment unique, vivant et en constante adaptation à l’environnement et aux besoins de votre enfant. Il le protège, lui qui sera en contact avec d’autres bactéries et des virus à la crèche. Il favorise son développement optimal. Les laits commerciaux n’arriveront jamais à la cheville de votre lait!

Bébé moins malade, donc plus heureux.. Et moins d’absentéisme au travail.

Bébé se porte mieux grâce à l’allaitement et cela se répercute aussi sur le nombre de journées d’absence pour cause de maladie de votre enfant. Moins de perte de salaire et d’inconfort pour votre petit chérubin. Ceci est même un facteur à présenter dans les milieux de travail afin qu’ils soutiennent et encouragent l’allaitement auprès de leurs employées.

Des économies pour la famille!

Allaiter permet d’économiser une somme importante, qui autrement serait partie en fumée pour l’industrie du lait infantile, et ceci est un net avantage de l’allaitement, quoiqu’on en dise! Une économie d’environ 80 euros (120$) par mois, 900 euros (1400$) pour une année…!

D’autre part, un bébé en meilleure santé signifie moins de frais de médicaments, moins de consultations chez le médecin, etc. tout cela grâce à l’allaitement. Tirer votre lait au travail prend une toute autre envergure, n’est-ce pas?

Loi sur le travail en France: 2 fois 30 minutes de pause pour l’allaitement

Mesdames, faites bénéficier votre enfant de votre lait et usez de vos droits. La loi est claire en France: l’article L1225-30 du code du travail mentionne « Pendant une année à compter du jour de la naissance, la salariée allaitant son enfant dispose à cet effet d’une heure par jour durant les heures de travail. » Donc 30 minutes le matin et 30 minutes l’après-midi. Ce sont des pauses non rémunéres et déduites du temps de travail normal. Dans une entreprise de plus de 100 employés, l’entreprise peut être mise en demeure pour installer un local d’allaitement (des normes sont à respecter). S’il y a un local dédié à cela sur place, la pause de 30 minutes passe à 20 minutes.

Un bon tire-lait: la clé!

Idéalement, vous allez commencer à vous préparer à votre retour au travail 1 mois avant la date prévue. Le test du biberon peut se faire à partir de 2 mois. Évitez d’en donner régulièrement toutefois avant la reprise du travail. Certaines mères choisissent d’amorcer tout de suite la tasse à bec, et beaucoup de bébés réussissent à bien boire avec dès 3 mois. Certaines femmes auront commencé à tirer leur lait rapidement après la naissance du bébé, d’autres pas. L’exercice demande une certaine pratique, n’attendez tout de même pas la veille… Il est normal de n’avoir que quelques millilitres la première fois. C’est un apprentissage. Donnez vous le temps.

Dirigez vous vers un tire-lait professionnel. Certaines compagnies ont fait leurs preuves et sont spécialisées depuis des décennies dans le domaine, et ont du matériel professionnel et de calibre « hospitalier »; je pense à Spectra, Medela, Ameda. Ne vous contentez pas de ce que la pharmacie vous offre, car parfois ils offrent des tire-lait de mauvaise qualité et vous perdrez rapidement votre production lactée (je l’ai trop souvent vu en France…) Exigez la qualité et des marques de renom. Sinon, changez d’endroit pour louer/acheter votre tire-lait.

Au travail, veillez à tirer votre lait AU MOINS DEUX FOIS. L’illusion de laisser un stock se bâtir dans les seins pour en avoir plus au bout de 7h est une illusion. Tout le lait qui stagne envoie un message au cerveau pour réduire votre production. Évitez de passer plus de 4 heures sans tirer votre lait. Ceci peut vouloir dire de donner le sein juste avant de déposer le bébé à la garderie, de tirer le lait vers 10h et 14h, puis de redonner le sein lorsque vous arrivez à la crèche. Lorsque vous vous apprêtez à tirer votre lait, massez d’abord vos seins pendant 2 minutes, puis utilisez votre tire-lait pendant 15 minutes, la durée recommandée pour une séance. Le fait de toucher vos seins pendant la séance peut vous faire récolter plus de lait. Certaines mères regardent une photo du bébé, écoutent de la musique de relaxation ou un enregistrement des pleurs du bébé… Tout cela stimule le réflexe d’éjection du lait.

Allaitement partiel les jours de travail, allaitement complet lors des congés!

Il est possible que vous allaitiez partiellement la semaine, en tirant votre lait, mais que vous repreniez un allaitement complet lors de vos congés, pourquoi pas? Ceci permet d’augmenter la stimulation directe par le bébé et maintenir une bonne production de lait.

Si vous souhaitez une consultation en vue de votre retour au travail, ou pour relancer votre lactation lors de la reprise, contactez-moi. Cela peut aussi être une consultation à distance grâce à Skype et WhatsApp. isabelle.cloutier.ibclc@gmail.com +33 06.42.03.00.62

Références

La Leche League Feuillet AA-72 : Reprise du travail, poursuite de l’allaitement

La Leche League Feuillet AA-53 Tirer son lait

#allaitement #retour_au_travail #travail #conseillère #lactation #ibclc #france #quebec #aude #ariège #haute_garonne #garonne #toulouse #carcassonne #foix #CHIVA #rive_gauche #purpan #joseph_ducoin #consultante #lanaudière #laurentides #montréal #laval #montérégie #isabelle_cloutier

Publié par

« Je manque de lait… » Le point sur la question.

Par Isabelle Cloutier IBCLC, consultante en lactation Pour une consultation à domicile (Haute-Garonne, Ariège, Aude) ou à distance: isabelle.cloutier.ibclc@gmail.com
isabellecloutier.com

Beaucoup de mères doutent de leur capacité à allaiter leur enfant. Hélas, l’entourage n’aide pas non plus; des commentaires incessants de l’entourage face aux besoins et aux pleurs de l’enfant, en passant par le manque de conviction de la société face à l’allaitement, la cerise sur le gâteau est nulle autre que l’industrie elle-même des laits infantiles et du puissant lobby de lait de vache.

Si les femmes humaines n’avaient pas eu la capacité d’allaiter leurs enfants depuis l’âge des temps, nous ne serions pas là pour en parler! Dans sa caverne, Lucy ne doutait pas de sa capacité à nourrir ses enfants!

Quelques éléments à considérer

Laissez la montée de lait s’installer, faites beaucoup de peau à peau, donnez le sein aux signes d’éveil et de demande du nouveau-né, le colostrum est incomparable! Pour un premier bébé, la montée laiteuse se produit généralement le jour 3, parfois jour 4. Elle n’est pas toujours accompagnée d’engorgement d’ailleurs. On sent les seins en activité, une certaine chaleur et lourdeur. Même si vous n’avez pas donner le sein au début, cette montée de lait va se produire car elle est de nature purement hormonale (le départ du placenta l’enclenche).

Montée de lait retardée: certains facteurs peuvent créer cette situation, par exemple le diabète de type 1 (attention de bien contrôler la glycémie en postnatal), un accouchement par césarienne peuvent retarder la montée de lait à jour 5, ce qui peut nécessiter que vous deviez donner momentanément des compléments de lait artificiel au bébé.

Une perte de sang très importante pendant l’accouchement peut retarder la montée de lait sur une période variant de 2 à 4 semaines. Le corps doit refaire la réserve de sang, il y a aussi un impact de la perte de sang sur certaines glandes, ce qui explique que le corps retarde la montée laiteuse. Vous devrez alors vous armer de patience et maintenir votre motivation, par exemple en allaitant le bébé avec un dispositif d’aide à l’allaitement et en utilisant un tire-lait.

Perception de manque de lait: certains bébés peuvent pleurer plus que d’autres pour des raisons variées ou avoir un plus grand besoin de succion, donnant l’impression de toujours vouloir le sein ou le réconfort qu’il offre. Ceci n’est pas un manque de lait. La situation demande toutefois à être comprise. Le besoin de proximité n’exige pas que le bébé ait le sein dans la bouche en permanence. Le portage dans une écharpe ou l’emmaillotement du bébé peuvent l’aide à se sentir « tenu et contenu » comme dans l’utérus, et donc à le calmer. L’utilisation de la sucette est déconseillée le premier mois (et des biberons évidemment!), mais vous pouvez donner la jointure de votre index replié à téter pour voir si cela le calme. D’autre part, ce qui a mené à l’échec de l’allaitement pour bien des mères, c’est l’allaitement à heures fixes. À éviter. Il vaut mieux s’adapter aux besoins du bébé.

Manque de lait à cause de la succion inefficace du bébé: ceci est assez fréquent, pour des questions mécaniques ou à cause d’un accouchement difficile, un besoin d’être ventilé pour des problèmes respiratoires, etc. Un transfert insuffisant de lait peut survenir à cause du manque de mobilité de la langue (ankyloglossie, langue attachée), une mauvaise étanchéité de la prise du sein (lèvre supérieure attachée, et langue attachée), le bébé qui a parfois un faible réflexe de succion ou un manque de coordination lors de la tétée (il doit coordonner succion, respiration et déglutition de manière rythmique). Si le bébé ne vide pas bien vos seins ou ne les stimulent pas adéquatement, inévitablement votre production lactée va diminuer et le manque de lait va s’installer. Un bébé qui fait souvent des selles vertes indique qu’il a tendance à ne boire uniquement que le lait du réflexe d’éjection, plus riche en lactose et moins gras. Une consultante en lactation IBCLC peut détecter ces problématiques et vous guider vers les solutions appropriées.

Manque de lait pour des questions hormonales ou par manque de tissus mammaires: une insuffisance de lait bien réelle peut se produire par exemple si vous souffrez d’hypothyroïdie, si avez des ovaires polykystiques, ou un taux plus élevé de testostérone dans votre sang. Si vous avez du aller en fertilité pour concevoir votre enfant, cela peut donner parfois un indice de la raison d’un éventuel manque de lait. D’autre part, certaines femmes ont eu un développement mammaire insuffisant lors de l’adolescence, ce qui mène parfois à de l’hypoplasie mammaire, un manque de tissus glandulaires. Ce n’est pas la taille de la poitrine qui est reliée à la quantité de lait, mais bien le manque de tissus mammaire. Les seins sont alors tubulaires, sans trop de galbes extérieur et un grand espace entre les seins. Certains femmes peuvent quand même allaiter exclusivement leurs bébés en pareil cas. Encore une fois, une consultante en lactation IBCLC peut aider dans de telles situations à comprendre l’origine réelle du manque de lait.

Manque de lait à cause d’une chirurgie mammaire: autant une augmentation mammaire qu’une diminution peut avoir un impact sur la capacité d’allaiter par la suite. La restructuration d’un sein a toujours des impacts: canaux lactifères coupés, nerfs coupés, aréoles repositionnées, retrait de tissus mammaires, pression de implants sur certains canaux lactifères, etc. Cela ne signifie pas que vous ne pourrez pas allaiter, du moins partiellement. Les grossesses successives font en sorte que les canaux lactifères se reconstruisent, le tissu mammaire augmente à nouveau, etc. Allaiter partiellement avec des compléments donnés avec un dispositif d’aide à l’allaitement vaut mieux que ne pas allaiter du tout. Pour mettre toutes les chances de votre côté, consultez une IBCLC. Pour prendre rendrez-vous avec moi: isabelle.cloutier.ibclc@gmail.com ou composez le 06.42.03.00.62

#allaitement #france #toulouse # #iblce #ibclc #consultante #lactation #difficultés #manque_de_lait #toulouse #foix #mirepoix #tarascon #blagnac #pamiers #carcassonne #castelnaudary #conseillère #haute_garonne #garonne #aude #ariege #pyrénnées #france #quebec